Je suis obsédé à l’idée de me réapproprier les services numériques qui envahissent mon quotidien. Je les classe en deux catégories les subis et les choisis. Je ne m’attarderai pas sur la première, toute personne avec un accès internet s’est déjà agacé devant un doctolib.fr, caf.fr, impots.gouv.fr, laposte.fr, le site de sa banque ou de son fournisseur d’énergie auxquels, hélas, nous sommes tous confrontés.

Une grande part de mon temps est consacré à ma présence en ligne. Je l’assume de mieux en mieux.

Je n’ai pas cédé aux sirènes de la vidéo et j’ai choisi le son et l’écrit comme mode d’expression. Depuis 2017, les politiques commerciales des réseaux sociaux ont profondément évolué. Le dessin ci-dessous résume avec humour la situation d’un producteur de contenus indépendant.

The Oatmeal

Source : theoatmeal.com

Après suppression de mes comptes, il fallait bien en conserver un. J’ai opté pour Twitter, mais le constat est amer. L’endroit n’est plus aussi sympathique qu’il ne l’était lorsque je l’ai rejoint en 2010. Visiblement je ne suis pas le seul à le dire. (Sic)

Source : blast-info.fr

J’ai profité de la pause estivale pour rationaliser tout ça et je me suis retourner vers Mastodon. Un équivalent libre et décentralisé de celui à l’oiseau bleu. Je ne m’étendrais pas sur l’intérêt technique, d’autres l’ont fait mieux que moi. J’espérais secrètement trois choses :

  1. un peu plus de bienveillance.
  2. trouver au moins autant de producteurs de contenu que de consommateurs.
  3. éventuellement, faire de nouvelles rencontres IRL.

Bilan

Après un bon mois et demi d’utilisation sans excès, voilà ce que j’en pense.

D’abord, j’ai rapidement repéré des personnes qui habitaient pas loin de chez moi. Les mastonautes ont l’habitude de sortir du virtuel. Coup de bol, une semaine après mon arrivée, je participais à un apéro organisé par l’une d’entre-elle (Coucou, Colunadoc ^^). Joie, enfin quelque chose de vraiment social. Rencontre IRL : ✅

Pareil qu’ailleurs, les gens expriment leurs sensibilités et leurs opinions. On y trouve donc les mêmes sujets qui enflamment la toile. Mais, ça ne s’invective pas (ou alors pas beaucoup). Ça se contente de partager et les mastonautes rappellent à l’ordre les râleurs en toute décontraction et souvent avec humour. Bienveillance perfectible mais : ✅

Enfin, grosse surprise sur le dernier point. Mastodon est le territoire de celles et ceux qui font des trucs sur le web. Et là, ça y va ! Bidouilleurs, développeurs, graphistes, photographes, musiciens et j’en passe. Mais surtout auteurs et blogueurs littéraires. En effet, Mastodon autorise des tweets (appelé pouet ou toot) jusqu’à 500 caractères. Donc, qualité des contenus : ✅

Conclusion

  • Les ➕ : Mastodon est un endroit on l’on est bien accueilli. On est vite à l’aise. On y retrouve ce qui a fait le succès de Twitter à ses débuts. On n’est pas perdu, pour peu que l’on s’investisse un peu.
  • Les ➖ : Mastodon souffre encore de son manque popularité. Oui, il y a moins de monde qu’ailleurs, mais c’est largement compensé par la qualité des relations qui s’y noue. Il y règne un bel esprit d’entr’aide. Pourvu que ça dure.

P.S : Ah, j’allais oublier. Si ça vous a donné envie de me rejoindre. Vous pouvez me suivre 👉 .

ME RÉPONDRE

La diffusion des Archives de l’Insondable continue tous l’été.

Apple Spotify Deezer Google PodCloud

Je suis Dimitri Régnier, producteur d’émotions. Je fais des podcasts, une newsletter et un blog. Si vous appréciez ce travail, merci de me soutenir. Les contributions, même modestes, sont une réelle motivation.

Crédit photo : Filili, Viridi par Jean Jullien - Dimitri Régnier (2021) •