Il aura fallu 1 an et demi pour que je comprenne ce que le son pouvait apporter à ma vie. Des réussites, des déconvenues mais surtout un horizon et une conviction indéfectible que la bonne direction est à portée de main.

Basculer

J’arrive à un moment charnière. Pas encore expert, mais amateur suffisamment éclairé pour partager mes réflexions et techniques, sur ce que j’attends de la pratique du son :

  1. Les perspectives de créativité sont énormes.
  2. Le potentiel en terme d’activité professionnel complémentaire est déjà bien réel.
  3. Je m’amuse follement.

Qualité versus quantité

Fini le débroussaillage, les tentatives avortées et autre improvisation. Il faut désormais structurer. Après divers essais/erreurs durant la saison 2019/2020 qui s’achève, 4 projets se sont imposés comme ayant un potentiel d’évolution.

  • Les Voix du Web (Chroniques/Interviews) : après discussion avec SUN, j’ai décidé d’orienter ma chronique hebdomadaire vers un travail d’interview de créateur•trices sonores. Le but : les mettre en avant. Questionner leur propre pratique. Comprendre leurs motivations. Bref, nourrir ma propre réflexion. Faire ce travail pour une radio n’est pas anodin. Cela s’inscrit dans une réflexion globale sur la démocratisation de la pratique du son. Le meilleur exemple cette saison restera mon interview de Paul Engel du podcast La France baladeuse. Paul a réussi à rendre cohérente sa pratique de l’audio avec son idéal de vie. Un entretien enrichissant.
  • Les Archives de l’Insondable (Fiction) : Olivier Gechter, l’un des co-auteur résume assez bien ce que sont les archives : ”s’amuser est une chose sérieuse” dit-il. Notre deuxième saison s’est achevé à la fin du mois de juillet avec 49 épisodes publiés. J’ai pris conscience que cette création collective était devenue un vrai podcast exigeant régularité, réflexion et amusement pour être suffisamment solide dans le temps.

  • Marché/Parlé (Conversation) : C’est le projet le moins abouti car parti de rien. Mon goût pour l’interview devrait prochainement l’amener vers la conversation tourné en extérieur. Ce qui me manque pour le moment c’est un angle fort.

  • Le Mégaphone (Grands projets) : Podcast de cœur puis-qu’arrivé en premier, Le Mégaphone est toujours en stand-by. Ceux qui me lisent ou me suivent sur les réseaux sociaux le savent, il deviendra le camp de bases de mes publications audio les plus ambitieuses, long formats, documentaires et autres expériences sonores.

Un mot pour finir sur Ma chanson préférée. Durant la saison écoulée c’était le podcast de trop. Intenable. Mais j’aime tellement ce format que je ne pouvais me résoudre à l’abandonner purement et simplement. Je crois toujours dure comme fer à son énorme potentiel. En le confiant à Stéréolab, je suis sûr qu’il est en de bonnes mains. Croyez-moi sur parole. Vous en aurez la preuve en septembre.

Ce que j’ai appris cette saison

En tant qu’autodidacte, je me suis nourris de plusieurs choses : des échanges avec des professionnels du son et de la radio, un nombre invraisemblable de tutos et même un peu d’enseignement. Ma pratique se précise. J’ai investi une partie de mon temps de confinement dans Reaper. Cette station de travail audio modulable (et pas cher) m’aura permis d’être plus à l’aise avec la matière sonore. Je ne le regrette pas. Si tu as envie de faire de l’audio sérieusement, je te recommande de te pencher sur cet outil. J’ai même fait un petit tuto à destinations des débutants pour commencer sereinement.

Et l’avenir ?

Quel type de créateur sonore j’ai envie d’être ? Journaliste, acteur, documentariste ? Un peu tout ça en même temps. Ce sera l’objet de la deuxième partie de cet article.


Je suis @dimregnier, producteur d’émotions. Je fais des podcasts, une newsletter et un blog. Si tu apprécies ce travail, merci de faire un don. Les contributions, même modestes, sont une réelle motivation.

Photo : Free To Use Sounds