Retour d'atelier

Créer son podcast - juin 2024

Publié le 14 juin 2024

Mon site est accessible sans restriction, ni traceurs, ni cookies. Pour que vive la création libre sur le web, n'hésitez pas à Faire un don.

Progresser par la pratique en tant que pédagogue est un sujet passionnant. Depuis que j’interviens dans différents établissements, je me suis peu exprimé sur cela. Or, c’est un aspect important de mon activité. Une façon de proposer des exercices qui interrogent l’artistique. J’ai décidé d’ouvrir ici une catégorie #Support, afin d’y mettre les articles qui pourront servir à mes étudiants et autres stagiaires.

Créer son podcast a été élaboré avec Pop’Media à destination des débutant·es et se déroule sur trois jours.

Jour 1 : préproduction

  1. Je commence par faire un tour de table pour que nous fassions connaissance et je demande aux stagiaires de me parler de leur désir de son, afin de comprendre vers quoi ils/elles veulent aller.
  2. J’évoque l’histoire du podcast et son évolution sur le web depuis 20 ans en terminant par une définition technique 1, pour être sûr que nous parlerons de la même chose durant les trois jours.
  3. Ensuite je fais un rapide tour d’horizon de l’état du podcast en France pour contextualiser un phénomène toujours mouvant. 2
  4. Selon la situation (stage ou cours), j’aime bien faire un focus sur l’intérêt de travailler une note d’intention 3, pourquoi réfléchir en amont sur son projet, comment trouver des idées, etc.
  5. Enfin, je termine cette première journée par une longue séance d’écoute et d’analyse afin de détailler différents formats radiophoniques. Ça n’est pas exhaustif, mais ça donne des pistes.

Jour 2 : production

  1. Je commence la seconde journée par un nouveau tour de table pour recueillir les réactions de la veille et les premières idées des participants.
  2. Ensuite, je présente les différents dispositifs sonores. L’occasion de parler des nombreuses possibilités matérielles. 4
  3. Dans la séquence suivante, je propose un exercice qui comportera deux parties obligatoires :
    1. Une partie écriture. (Avec une petite contrainte)
    2. Une partie captation sonore. (Avec une petite contrainte aussi)

Pour trouver cet exercice je m’inspire du Guide de l’Atelier Radio, un document pédagogique publié par le GSARA ASBL et dont je recommande la lecture.

  1. Avant d’envoyer tout le monde (moi compris) faire la chasse aux sons, j’en profite pour faire un petit rappel théorique (très rapide) sur la nature du son et son incidence sur l’utilisation d’un enregistreur portable.
  2. L’après-midi sera en grande partie consacrée à l’écriture, à la captation de sons avec quelques aller-retour pour résoudre les éventuels problèmes techniques, puis faire des relectures en fonction du format envisagé. Pour cette session nous voulions nous diriger vers la création d’une lettre sonore.
  3. Dans l’idéal et en fonction du temps, j’aime bien consacrer la fin de la journée à la présentation de la station de travail audio numérique, ici Reaper ; sa configuration sur les ordinateurs des participants réservant parfois des surprises.
  4. Enfin, on procède à la sauvegarde des sons récoltés sur les différentes machines, histoire d’être fin prêts pour le montage.

Jour 3 : postproduction

  1. Comme les jours précédents, on commence par un petit tour de table. Il y a de l’impatience à “mettre les mains dans le cambouis”.
  2. Et c’est parti pour des ajustements et par une longue présentation de l’organisation du travail dans Reaper. C’est le moment du stage ou l’informatique ne doit pas faire peur. Il arrive même qu’on bidouille un peu (on y arrive toujours) pour que tout le monde se retrouve au même stade et que je puisse procéder à mes explications.
  3. Je donne dans les grandes lignes les quelques règles de derush, sachant que, comme souvent en informatique, il existe plusieurs chemins pour arriver au même résultat. Les ingénieurs de Cockos ont fait des choix qu’il s’agit de comprendre pour que chacun puisse s’approprier l’outil.
  4. J’explique les notions de base de l’interface (entrées, sorties, mixeur, explorateur, etc.), quelques fonctionnalités essentielles (timeline, pistes, objets, enveloppes, etc.) Je n’insiste pas trop pour laisser les stagiaires faire leur montage à leur rythme et en autonomie. En général, ça prend un peu de temps.
  5. Fin du stage : c’est le moment qu’on attend tous, faire écouter le résultat à ses camarades. Je me permets quelques remarques de construction. Enfin, je termine par le procédé d’export et les formats de fichiers sons (.wav, .mp3).

Mon montage dans l'interface de Reaper

Ci-dessous mon montage pour cette session. Les sons récoltés m’ont inspiré une petite lettre sonore à l’angoisse. Le texte n’est pas foufou et mériterait d’être repris, mais l’habillage global fonctionne correctement.


Lettre à mon angoisse

Conclusion : cuisiner

Comme je l’ai rappelé au début de cet article, la transmission de mon savoir même partiel, est une valorisation pour moi et les stagiaires. Lorsqu’on traverse un petit désert créatif, c’est un bon moment pour s’interroger. Qu’est-ce qu’on veut faire ? Comment veut-on le faire ? Qu’apprend-on au contact des autres, etc. Cette session aura été riche. Par exemple, j’ai découvert une façon d’appréhender le dérushage (une étape que je trouvais pénible) d’une autre manière.

Pour les participants, c’est un moment qu’ils se donnent à eux-mêmes. J’ai nommé ce stage “Créer son podcast” pour une raison simple, trouver du plaisir dans chacune des étapes de la création. C’est un peu comme faire la cuisine. Ça part d’une idée, d’une envie, mais on ne sait pas ce qu’on va trouver.

  1. On fait les courses (écrire et chercher des sons). En fonction de nos découvertes, l’idée va évoluer.
  2. On se met en cuisine (dérush et montage). On prépare les éléments. On découpe. L’idée prend forme. On ajoute des ingrédients (voix off, banque de sons, etc.).
  3. On surveille la cuisson et on sert (mixage et export).

Comme la cuisine, créer son podcast de A à Z doit être un plaisir dans chaque étape. Même si certaines ont l’air plus complexes, rien ne doit freiner votre envie. Ce sera sûrement imparfait, mais le plaisir de faire goûter le fruit de tout ce travail vaut largement le coup.


  1. Voir l’article : parlons diffusion de podcasts 

  2. Voir l’article : fin de Google podcasts 

  3. Voir l’article : support de l’atelier Créer son podcast 

  4. Voir l’article : Micros et enregistreurs d’ARTE Radio 


Ce sujet vous intéresse ? Consultez le tag : Article Support

Je m'apelle Dimitri Régnier. J'écris, j'enseigne, je fais du podcast et de la radio.
Si cet article vous a plu, vous pouvez y réagir. Vous pouvez aussi vous abonner et recevoir mes posts une fois par mois.

Partager sur le fedivers