Là, on va attaquer du lourd. La lettre du Mégaphone est le fruit d’une longue pratique de la newsletter. Il était temps de vous partager un petit comparatif pour faire une missive qui envoie. (Fallait que je la fasse. Désolé)

Les outils

Depuis de nombreuses années, j’ai essayé pas mal de SAAS (Software As A Service) du plus pro au plus basique. Cet article ne prétend absolument pas être exhaustif. Il existe beaucoup BEAUCOUP (Trop ?) d’outils. Mon but était d’en trouver un simple - de préférence en markdown - et gratuit s’il vous plaît. Je vous liste ceux que j’ai testés juste en dessous.

  • Mailchimp : sans doute le plus réputé et le plus complet. J’ai utilisé Mailchimp pendant plusieurs mois. J’adorais fabriquer de jolis courriers tout mignons, et le nombre de thèmes d’emails est colossal. Malheureusement, comme toutes les solutions leaders, c’est vite devenu une usine à gaz. L’interface est obèse, avec des dizaines d’options, ce qui rend la composition fastidieuse. Hors moi, ce que je veux, c’est envoyer un mail.

  • MailJet : comme Mailchimp, cet outil est un peu chronophage pour qui ne souhaite pas faire l’effort de faire un peu de code. C’est une solution française bien fichue, qui ne nécessite aucune connaissance technique. Hélas, les conditions orientées marketing (voir le tableau ci-dessous) ne correspondaient pas à mon besoin.

  • TinyLetter : je l’utilise pour La lettre du Mégaphone. La promesse est simple : “Email for people with something to say”. Seul regret, pas d’intégration du markdown ce qui m’oblige à exporter ma composition en .html, avant de la copier/coller dans TinyLetter. Dommage.

  • Mailerlite : j’ai peu utilisé Mailerlite qui a pourtant quelques atouts dans sa manche, comme la mise en place facile du formulaire d’inscription, et un module de rédaction sobre. Feue la Gazette du Nootilus était écrite dans MailerLite. Jetez-y un œil.

  • Revue : à mon sens la meilleure solution. Elle ne nécessite aucune connaissance technique. La composition est simple et rapide. Deux modèles sont disponibles c’est tout ! Bref, ça fait un joli mail. Ses modules de réseaux sociaux et d’autres services comme un système de vote en font un must-have absolu. Problème : Revue est payant des 50 abonnés !!! (Vous êtes sérieux ?)

  • Buttondown : est LA solution que je surveille du coin de l’œil car elle a tout pour me séduire. Elle est développée seule par Justin Duke. Elle intègre le markdown dès la composition. Quand au look final de votre newsletter, pas de fanfreluches. Ça vous sort… un mail. Point. On est pas loin de la philosophie de TinyLetter. C’est rude, mais c’est efficace.

Bonus ! Substack : je ne l’ai pas encore testé. Mais, pour celles et ceux qui souhaitent se concentrer sur l’écriture sans maintenir un blog ; on murmure ça et là, que ce service pourrait bien faire leur bonheur. Notemment si l’on souhaite développer une offre payante.

En résumé


Service Nb. d’abonnés Nb. emails/mois Prix Ma note
Mailchimp < 2000 illimité 0.00€ ❤️❤️
Mailjet illimités 6000/mois • 200/jour 0.00€ ❤️
TinyLetter < 2000 illimité 0.00€ ❤️❤️❤️
Mailerlite 1 à 1000 illimité 0.00€ ❤️❤️❤️
Revue 50 illimité 0.00€ ❤️❤️❤️❤️
Buttondown 1 à 1000 illimité 0.00€ ❤️❤️❤️❤️❤️

J’espère que ce petit comparatif vous sera utile. Comme d’habitude, parlez-moi avec vos doigts si vous avez des suggestions ou des remarques.


Je suis @dimregnier, producteur d’émotions. Je fais des podcasts, une newsletter et un blog. Si tu apprécies ce travail, merci de faire un don. Les contributions, même modestes, sont une réelle motivation.

Photo : Liam Truong