En cette nouvelle saison, d’autres choix s’offrent à moi. Je tente actuellement de maintenir une présence sur le web - en écrivant sur ce blog - et en minimisant mon utilisation des réseaux sociaux par un peu de veille hebdomaire. Je retrouve le plaisir de lire mes flux RSS et d’écouter plus de podcasts. Mais ça vous le savez déjà.

Aujourd’hui, une nouvelle difficulté est apparue. Je dois apprendre à renoncer et à prioriser.

Ça ne sent pas bon du tout cette affaire-là.

Depuis que mon activité de freelance a pris modestement son envol, les projets audios ont dû être freinés. Souvenez-vous. Ça a commencé par Ma chanson préférée. Au passage, je vous en recommande chaudement l’écoute, mais ça vous le savez déjà aussi.

Un peu d’histoire

Le Mégaphone, mon podcast principal, est en sommeil depuis janvier 2020 (ouille). En février j’annonçais dans un Marché/Parlé que je renonçais à Ma chanson préférée (aïe, ouille). Et finalement c’était au tour de ce pauvre Marché/Parlé d’aller faire dodo. (Aïe, ouille, non pas taper).

Pourquoi une telle hécatombe ? Deux raisons. La première, comme tous les créatifs, je me lasse vite. J’ai sans cesse besoin de me renouveler, de progresser. Faire perdurer un podcast pendant des mois, voire plus, ce n’est définitivement pas mon truc. La deuxième, le temps, ma bonne dame. Eh oui, conjuguer une activité de freelance avec du podcast pour le plaisir, ce n’est pas simple.

Conclusion : il faut choisir, mais surtout s’écouter !

Comment je fonctionne

Depuis un an, j’apprends à découvrir mon propre fonctionnement et quels sont mes besoins. C’est un processus lent. Une fois une envie identifiée, je dois mettre en place des actions pour la satisfaire. Alors, je vais détailler un peu.

Faisons les comptes

Pas forcément par ordre d’importance :

  • Être curieux : pour ça j’ai Les Voix du Web, chaque semaine j’interroge des producteur•rices sonores sur la singularité de leurs démarches.
  • Travailler en équipe : Vous l’avez compris, je vais parler des Archives de l’insondable. Avec 3 cerveaux : Olivier, Vincent et moi, cet univers ne cesse de s’enrichir. Les microfictions audio en sont le point de départ, mais d’autres formes pourraient bien voir le jour…
  • Sociabiliser : quand on est freelance, on est souvent seul. Si comme moi on vit seul, ça pèse un peu. J’ai donc lancé NantesCast.fr un rendez-vous mensuel nantais pour les fans de podcast. Je ne vais pas me contenter de Twitter (faut pas déconner non plus).
  • Écrire : Faire tourner la boîte à idées. Je vais maintenir ce blog, être un participant actif de Ma chanson préférée et microfictioner pour les HebdoCubes.
  • Partager : continuer ma veille pour Les Voix du Web et La lettre du Mégaphone pour toutes celles et ceux qui ne savent pas ce qu’est un flux RSS.

L’enjeu, c’est de découvrir et de proposer du nouveau, tout en donnant la priorité à ce qui me fait progresser dans tous les sens du terme. En sachant que ce je dis aujourd’hui, ne sera peut-être pas ce que je ferais demain. Ce n’est pas grave, il y a ma page NOW pour ça.


Je suis @dimregnier, producteur d’émotions. Je fais des podcasts, une newsletter et un blog. Si tu apprécies ce travail, merci de faire un don. Les contributions, même modestes, sont une réelle motivation.

Photo : Eric Prouzet