Du leadership sans en avoir l'air.

Exemple d’une conférence d’Oussama Ammar.

Publié par Dimitri Régnier le 18/10/2017 · 6 mins de lecture

Exemple d’une conférence d’Oussama Ammar.

Version audio

Ma prof de théâtre disait toujours,

« La parole de ne se donne pas elle se prend. »


Bonjour, nouveau format pour mon podcast. J’ai décidé d’aller un plus loin dans les thématiques qui me sont chères en ce moment, leadership, entrepreneuriat et créativité. Aujourd’hui, je voudrais vous raconter comment j’ai vécu un pur moment de leadership et le décrypter pour vous.

J’ai assisté à une conférence pour les 25 ans de la cité des congrès de Nantes. Le thème : la transformation numérique et ses applications dans l’événementiel par Oussama Ammar cofondateur de The Family. Retenez bien le thème de la conférence, j’y reviendrais dans un instant. Je ne m’étendrais pas sur le CV d’Oussama Ammar, google est votre ami. Ce qui m’intéresse ici, peu de gens dans la salle s’en sont aperçus. C’est la démonstration quasi parfaite de ce que doit être une bonne prise de parole de leader inspirante et agréable pour l’audience.

Détaillons un peu. Une prise de parole de leader s’exerce d’abord sur le terrain des idées, ce n’est pas un show. Monsieur Ammar porte un discours clair depuis plusieurs années sur un sujet qu’il maîtrise parfaitement, mais surtout il porte une conviction, c’est d’ailleurs pour ça qu’on l’invite. Quel que soit le contexte où il est amené à prendre la parole - et ce n’est pas la première fois que je l’écoute - c’est systématiquement cette force de conviction qui est mise en avant. À tel point que dans son discours d’hier, il a proprement ignoré la thématique qui lui était proposée.

Une sympathique escroquerie qui passe comme une lettre à la poste tellement la posture, les idées et la conviction de celui qui la porte sont forte. Alors comment s’y est-il pris ? L’audience n’y a vu que du feu, et de surcroit, tout le monde était ravi alors qu’il n’a jamais évoqué le sujet proposé.

Je vous donne le contexte. D’abord Oussama Ammar n’utilise pas de support visuel, pas de PowerPoint pas de slides, rien. Il n’utilise pas de notes papier, et durant sa prise de parole il ne perd JAMAIS son audience des yeux. C’est d’ailleurs la première chose qu’il a faite. Poser son regard sur l’audience pendant quelques secondes pour rapidement déterminer qui il avait en face de lui. Et pour confirmer son intuition d’orateur, il utilise un petit truc tout simple qui a 2 intérêts pour lui. Il fait un rapide sondage en posant 2 ou 3 questions à l’audience avant son discours.


Ainsi, il confirme son intuition, pour avoir une rapide typologie de la salle et co-construire son discours pour cette audience spécifique. Premier intérêt pour lui. En introduisant son discours par ce sondage rapide, il réveille l’audience pour s’assurer qu’il a bien toute notre attention. Deuxième intérêt. Fort de ces informations, il peut donc dérouler son propos en restant en permanence sur l’audience y compris lorsqu’il réfléchit à son argumentation ou a des exemples. Du grand art oratoire !

Le moment qui m’a le plus frappé et qui a confirmé mon intuition qu’Oussama Ammar se comporte comme un leader inspirant, c’est à la fin de son discours que je l’ai eu, lorsque le journaliste présent lui a posé une question.

Au lieu de regarder le journaliste, il s’est immédiatement retourné vers l’audience, pendant sa réponse il a même judicieusement interpellé une personne de sa connaissance pour confirmer que tout le monde l’écoutait. Tout cela il le fait naturellement.

Parlons un peu des réactions de l’audience, phénomène intéressant, j’ai pu observer quelques réactions dubitatives au début de son intervention. Normal, tout le monde ne connait pas ce garçon. Il faut donc un temps d’adaptation aux idées qu’il propose. Et je dis bien propose, il n’impose jamais.

Son objectif n’est pas de nous convaincre, mais de faire circuler sa thèse au travers de ses convictions. À tel point qu’il utilise des exemples ou des chiffres pas toujours très précis, mais ça n’est pas grave. Du moment que cela soit impactant, voire spectaculaire.

Comme tout orateur, il sait parfaitement qu’il n’emportera pas 100% d’adhésion, personne ne le peut. Mais en captant notre attention au maximum, et en incarnant fortement son propos il sait que les idées qu’il aura émises auront un impact longue traine sur l’audience, ne serait-ce que dans notre souvenir.

Vous remarquerez que je n’ai pas du tout parlé du fond, ce n’est pas mon propos, en effet une bonne prise de parole de leader c’est d’abord une forme. Malgré son physique imposant Oussama Ammar est vertical, il se tient droit sa voix est claire et si ce n’était la contrainte du micro, je suis sûr qu’il gagnerait encore en impact sur son auditoire s’il n’en utilisait pas.


Voilà ainsi s’achève cette première chronique, comme vous l’aurez compris un leader qui veut inspirer c’est d’abord un regard une posture et bien entendu une forme. Fort de tout cela, Oussama Ammar, a pu exercer son leadership sur le terrain des idées qu’on soit d’accord ou non avec le fond, les idées ont bel et bien circulé entre l’orateur et l’audience et c’est tout ce qui compte. Même s’il ne fut jamais question une seconde des applications de la transformation numérique dans l’événementiel ce n’est pas grave.

Si tu veux échanger avec moi ou profiter de mes recommandations d’écoute de podcasts Abonne-toi à la lettre du Mégaphone - Tu peux aussi me soutenir pour le prix d’un café